Irish Diaries #3 • Airfield Food Festival, Culture Night & Kiliney/Dalkey

Dans le dernier Irish Diary, j’ai essayé de te faire un tableau de ce à quoi ressemblaient mes semaines, qui sont plutôt fatiguantes. Finissant mon stage à 18h et étant séparée de ma maison par une demi-heure de marche, il n’est pas rare que rentre chez moi vers 19h lorsque j’ai quelques courses à faire. En résumé : c’est essentiellement du vendredi soir au dimanche soir que je profite de ce que Dublin et ses alentours on a offrir. Aujourd’hui, je te parle donc de mes deux derniers weekends!

Airfield Food Festival

DIMANCHE 11 SEPTEMBRE 2016

Mon second weekend a Dublin a été marqué d’abord par un vendredi soir un peu wild, que j’ai payé plutôt cher le samedi : outre mon état physique qu’on passera sous silence (enfin pas trop visiblement), c’est surtout l’absence de mon porte-monnaie qui m’a fait passer un samedi un peu pénible. Résultat des courses : appels au bar, au chauffeur de taxi, et promenade forcée pour retracer mes déplacements de la veille. Finalement, je me vois forcée d’annuler ma carte bancaire et d’envoyer un mail extrêmement embarrassée à ma banquière (allez, c’est pas comme si ça faisait la deuxième fois en 6 mois que ma carte bancaire se volatilise…). Finalement, le bar retrouvera mon porte-monnaie 4 jours plus tard. Mais ma carte, elle, est bien annulée. #cardless #drunkenmess

Il fallait donc relever le niveau de ce weekend en tirant un maximum de mon dimanche : fort heureusement, un food festival est organisé à un 15aine de minutes en DART de Dublin, au Airfield Estate. Je m’attend à découvrir quelques fromages locaux, peut-être des confitures, mais c’est un endroit bien plus magique qui s’offre à moi!

Le Airfield Estate est domaine de 38 ares géré par une organisation caritative dans le but de proposer un large panel d’activités ludiques, récréatives et éducatives autour de thèmes comme la ferme, l’agriculture/l’élevage, l’écologie, la nature, les animaux… C’est donc l’endroit idéal pour une après-midi en famille. Etables, jardins de fleurs, étang, aires de jeu, prés, labyrinthe de vignes, forêts, espaces d’ateliers et de conférences… le domaine a tout pour plaire aux petits et aux plus grands. A l’occasion du food festival, les grands prés ont été investi par des tipis et stands accueillants toutes sortes d’artisans, producteurs, maraîchers, etc. J’ai effectivement pu y goûter la meilleure tomme de brebis de ma vie (DE MA VIE) (oui maman j’ai trouvé mieux que celle de la Biocoop) mais je me suis fait sacrément snobée par le vendeur de confiture (« vous les étudiants, pour goûter à tout mais vous achetez jamais rien » bim).

Et ce qui m’a aussi beaucoup plu, ce sont les animaux (oui il en faut peu). J’avais l’impression de revivre les dimanches passés à l’Ecomusée quand j’étais petite (Alsace RPZ), à m’émerveiller devant les ânes et à pouffer devant les dindons. Il y avait veaux, des vaches, des chèvres, des poules, des moutons, des dindes, des canards… (et là j’ai l’imperssion d’avoir 5 ans et demi et de parler de mon weekend à ma maîtresse). Ca m’a aussi fait prendre conscience de la fierté que je ressentais à avoir changé mon régime alimentaire.

L’après-midi s’est terminée sur la degustation d’une pizza au feu de bois absolument délicieuse! Un bon petit dimanche comme on les aime, qui s’est terminé sous des bourrasques de vent comme ils savent les faire, en Irlande.

Culture Night

VENDREDI 16 SEPTEMBRE 2016

J’avais été prévenue (par l’organisme qui m’avait logé, par mes collègues de boulot, par les affiches partout dans la ville) : la Culture Night, c’était vraiment à ne pas manquer. Organisé une fois par an sur toute l’île, cet évènement culturel attire les foules (touristes et locaux confondus) dans les rues, les musées, les bars, les cafés. La capitale vibre alors aux sons des musiques traditionnelles ou d’électro et tous les musées sont gratuits (oui, même celui du whiskey).

A la sortie du boulot, direction Fleet Street, au coeur du quartier de Temple Bar, pour une promenade sur le thème du Street Art. J’avais déjà eu l’occasion de repérer des fresques incroyables par ci et par là, et je n’avais qu’une hâte, en découvrir d’avantage. Malheureusement, mes horaires de boulot et les 20 minutes de marche n’aidant pas (rappelle-toi, tout est à 20 minutes de marche ici!) mes colocs et moi-même avons loupé le départ de la ballade. Tant pis pour le street art, je propose d’aller faire un tour dans la vieille bibliothèque de Trinity College. Cette université, la plus importante et la plus ancienne d’Irlande, a été fondée en 1592 dans le but d’éviter aux notables de l’époque de devoir envoyer leurs progénitures dans les universités anglaises, tout en étant conçue sur les même modèle qu’Oxford et Cambridge. Cette université a notamment été le lieu d’apprentissage de petits gars pas trop connus comme Oscar Wilde ou Samuel Becket (…ou Dominic West).

Library Porn

La Long Room fait partie du bâtiment de la Old Library, un chef d’oeuvre d’architecture conçu par Thomas Burgh. Elle ravira tous les rats de bibliothèque (#libraryporn) et les fans d’Harry Potter y trouveront forcément un petit air de Poudlard (on s’attendrait presque à ce que les bustes sculptés se mettent à nous taper la discut’). Cette bibliothèque est également célèbre « par son fonds ancien, en particulier par ses manuscrits médiévaux où ont été recueillis toute l’ancienne littérature irlandaise » (merci Wiki). Elle accueille notamment le Book of Kells, un manuscrit illustré considéré comme l’un des plus grands chef-d’oeuvre du christianisme en Irlande et de l’art anglo-saxon en général. C’est également dans la Long Room que tu pourras apercevoir la Trinity College Harp, une des trois dernières et plus anciennes harpes gaélique (avec la Queen Mary Harp et la Lamont Harp si tu veux te la péter en soirée). Oui, effectivement, c’est la harpe du logo Guinness (lorsqu’elle vue par la droite). Mais avant ça, c’est surtout le symbole national de l’Irlande (lorsqu’elle est vue par la gauche) ; tu la retrouveras notamment sur les pièces de 2€. Ca y est, je crois que t’es prêt pour un Trivial Pursuit spécial Irlande, là.

Moody Trinity
Moody Trinity

Nous avons poursuivi notre Culture Night dans un lieu au nom qui fait envie : la Chocolate Factory. Contrairement à ce qu’avait espérer une de mes colocs, plus aucune trace de cacao à l’horizon. Ce vieux bâtiment industriel (l’un des premiers construit en béton armé en Irlande, d’après mon collègue avide d’archi fun facts) abrite désormais un creative hub, c’est à dire un ensemble d’ateliers destinés à des photographes, artistes plasticiens, vidéastes, designers, etc. On y trouve également une cafétéria bien chouette et des espaces d’exposition. Nous nous y sommes rendues dans l’espoir d’assister à une performance d’acrobaties aériennes, réalisée par des étudiants de l’école du cirque de Gaza. Le spectacle n’aura duré que quelques minutes malheureusement, mais nous avons pu profiter de l’expo photo qui l’accompagnait, consacrée au conflit israelo-palestinien, tout en sirotant un thé à la menthe et des pâtisseries orientales.

La soirée s’est finalement terminée au Stag’s Head, un pub bondé dont la réputation n’est plus à faire, sur Dame Court.

Ha'Penny Bridge
Ha’Penny Bridge
Kiliney / Dalkey

SAMEDI 17 SEPTEMBRE 2016

La journée avait démarrée sous les meilleures hospices, avec un temps radieux. Au programme de la journée : une marche dans les montagnes de Wicklow, situées à une quarantaine de kilomètres de Dublin, apparemment incontournables. Nous avions réservés un tour, bus et guide compris, qui s’est avéré avoir vendu plus de tickets qu’il n’y avait de place dans la navette. Nicky, Maria, Sarah et moi nous retrouvons plantées là, sur le trottoir, le moral plus franchement au top. Le soleil, lui, est toujours là, et on veut à tout prix en tirer partie. Après un détour par l’agence nous ayant vendu nos tickets, un remboursement et la promesse d’un tour gratuit quand nous ne voulons (yay!), nous nous mettons en quête d’une destination côtière pas trop éloignée de la ville et accessible en DART (l’équivalent du RER). Notre choix s’arrête sur Kiliney – les photos de sa plage sur TripAdvisor nous convainquent rapidement. Vois par toi-même :

C’est ainsi que, sans trop savoir comment, nous nous retrouvons à parcourir plus de 20 km en une après midi : la plage de Kiliney tient ses promesses, et nous décidons d’aller explorer le parc de la petite ville, qui s’apparente plus à une jungle dense (si, si). Complètement perdues, nous finissons par nous laisser guider par trois Irlandais en balade. J’apprend que la copine d’un d’entre eux est Strasbourgeoise et que c’est marrant comme coïncidence et qu’est-ce que le monde est petit quand même! Ils nous guident jusqu’au petit port et nous conseille de rejoindre la ville voisine à pieds, Dalkey. L’air marin fait du bien à mes poumons alsaciens, les pêcheurs sont blagueurs et on serait quand même bien tentées par la petite île, au large, accessible en bateau à moteur. Après un passage nécessaire dans un restaurant pour contenter nos estomacs atrophiés, on remet finalement cette expédition à un autre weekend. L’après-midi se termine avec les pieds endoloris et des images de la baie de Dublin plein la tête.

 

Best Of Drink & Food

Mon estomac et mon foie te recommandent (liste à compléter) …

Pause déjeuner

The Fumbally, Fumbally Lane
J’y avais mangé mon premier brunch dublinois, souviens-toi, et cet endroit ne finit pas de me ravir. Il est situé à 2 minutes de mon lieu de stage ; la tentation d’y aller tous les jours est forte, crois moi. Je te recommande les assiettes/les wraps de falafels (je bave rien que d’y penser) ainsi que les avocado on toast!

Listons, 25/26 Camden Street
Cette petite épicerie fine est idéale pour les amateurs de bons thés, vins, chocolats et pâtisseries. En allant tout au fond de la boutique, tu trouveras un comptoir à sandwichs, paninis et salades. Et crois moi, ils valent le détour! Je ne me suis toujours pas remise de leur panini au pesto, légumes grillés et fromage de chèvre.

Phoenix Café (Teeling Whiskey Distellery), 13-17 Newmarket
Le Phoenix Café se trouve au rez-de-chaussée de la distillerie de whiskey Teeling. Il propose de petits menus fort goûtus et pas trop chers, les midis. J’y ai mangé avec mes collègue une excellente soupe et des tartines de pain de seigle avec fromage de chèvre et poivrons confits.

Bars et Pubs

The Bernard Shaw, 11-12 Richmond Street South
Je crois que ce bar aura toujours une place particulière dans mon expérience dublinoise, puisque c’est là-bas que j’ai passé ma première vraie soirée, que j’y ai perdu mon porte-monnaie et qu’on me l’a retrouvé quelques jours plus tard. Un endroit jeune, décontracté, avec un beer garden parfait pour profiter des quelques rayons de soleil après le boulot, dans lequel siège le fameux Big Blue Bus dans lequel sont préparées des pizzas! A noter, en semaine, des deals pizza + bière plutôt cools.

The Bleeding Horse, 24 Camden Street Lower
Un bar à la clientèle plutôt businessmen, mais qui a la particularité d’avoir des salles assez grande à l’étage pour accueillir toute une tablée de joyeux lurons américains/français/canadien/danois que nous sommes.

Alfie Byrne’s, Earlsfort Terrace
Cet endroit, légèrement excentré du centre névralgique de la vie nocturne dublinoise, a plusieurs gros avantages : il est suffisamment spacieux pour y accueillir une table de ping-pong, une table de billard, et plein de table et fauteuils aussi confortable pour y travailler en journée que pour siroter une bière le soir. En parlant de bière, le lieu s’est spécialisé dans les bières artisanales – tu n’y trouveras donc pas de Guinness, de Heineken ou de 1664 (!). N’hésite pas à te faire recommander par le barman, il est tellement sympa qu’il te proposera même de les goûter avant de faire ton choix!

The Hairy Lemon, Stephen Street Lower
J’ai passé une de mes meilleures soirées jusqu’à présent au citron poilu! Labyrinthe, ce pub est sur deux niveaux et plein de petites pièces et balcons est fréquenté par des vrais Dublinois, avec qui il a été très chouette de discuter. La musique, quant à elle, arrive à trouver le parfait équilibre entre « cette chanson hyper populaire que tout le monde adore chanter à tue-tête » et des choses un peu moins commercial.

C’est tout pour moi aujourd’hui – je te donne rendez-vous très bientôt pour te parler de mon weekend à Belfast!

Sporadiquement tienne,

Léa

Ca pourrait t'intéresser

1 comment

  1. Oh ce festival avait l’air tellement bien (familial, chaleureux) un peu comme le village des Hobbits xD ! La fin de ton article m’a donné faim 😀 et mon dieu cette bibliothèque, qu’elle est belle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *